Hypertension artérielle : attention au sel alimentaire ! Imprimer

L'apport excessif de chlorure de sodium (sel alimentaire) est communément considéré comme un facteur favorisant la survenue d'une hypertension artérielle (HTA) chez l'homme. Il a été récemment montré que ces perturbations étaient conditionnées par des anomalies en rapport avec des modifications génétiques.

Tous les individus n'ont donc pas la même sensibilité au sel. En effet, environ 20 % des sujets n'ayant pas d'HTA présentent une sensibilité au sel conduisant à une élévation de la PA lors d'une augmentation importante de leur consommation. Par contre, chez les sujets ayant déjà une HTA, une sensibilité au sel est observée dans 40 % des cas.

En France, l'enquête ENNS (enquête Nationale Nutrition Santé) a montré une consommation quotidienne moyenne de sel de 8 g/jour en population générale. A noter que les recommandations de 2005 pour le traitement de l'HTA suggèrent une consommation <= 6 g/jour. Des actions de santé publique sont menées pour réduire le taux de sel dans la fabrication des aliments industriels, avec, par exemple, en France, une diminution de près de 30 % de sel ajouté par kilo de farine lors de la fabrication du pain. De nombreuses études ont ainsi démontré l'action de la baisse de la consommation de sel sur la PA.

Dans la forme particulière de l'HTA résistante aux traitements par médicaments antihypertenseurs, il est souvent constaté une consommation excessive de sel. Les conseils nutritionnels consistent alors à enlever la salière de la table et à limiter les aliments riches en sel caché (fromage, charcuterie, pain, certaines préparations industrielles).

 

                 Univadis - 27/3/12 - Dr Thierry Grivel - XXIIes Journée Européennes de la Société Française de Cardiologie